Les invités d'honneur
  2016 Jean-Louis Etienne
            Marlène Jobert
            Alexandre Jardin
  2015 Allain Bougrain-Dubourg
  2014 Isabelle Autissier
  2013 Catherine Destivelle
  2012 Alain Baraton
  2011 Guy Martin
  2010 Jean-Marie Pelt
  2009 Jean-Pierre Deshaires
  2008 Marc Batard
  2007 Yves Paccalet
  2006 Alain Bar

13 Août2008

Marc Batard

Marc Batard. On dit beaucoup de choses sur lui. On dit qu’il est impulsif, écorché vif, impétueux, généreux, droit. On dit, mais l’homme n’est pas une règle mathématique avec ses théorèmes. Marc Batard, lui, ne vit que dans les exceptions et ce petit homme sec, traversé par des fulgurants emportements, dénonçant sans complaisance l’aspect négatif de la médiatisation, les magouilles, les exploits bidons, dérange.

Sans doute parce qu’il montre l’alpinisme sous son vrai jour, celui des hommes avec leurs grandeurs et leurs faiblesses. Sans doute parce qu’il écorne notre imaginaire pour le remettre à la bonne place, dans le trivial. Écorché vif, spontané, trop direct Marc Batard ! Oui et alors ! Quand il s’oppose aux conventions journalistiques, aux politesses trop hypocrites, aux discours stéréotypés, quand il raconte depuis son bivouac dans les Drus sa peur et ses incertitudes, il est au moins… humain.

Mario Colonel

Parcours
Guide de haute montagne, peintre, auteur, conférencier, créateur d’une association favorisant l’intégration de populations en difficulté, Marc Batard est un humaniste engagé qui mène de nombreux combats pour faire partager ses convictions, influencer des décideurs et donner une chance supplémentaire à l’humanité fragilisée.

Né en 1951, Marc a d’abord connu les montagnes pyrénéennes avant de découvrir l’escalade et l’alpinisme dans les Alpes. Très vite, il s’est fait remarquer par des réalisations exceptionnelles, tant dans les Alpes qu’en Himalaya.

En 1975, il ouvre une nouvelle voie dans le pilier Sud du Gasherbrum (8 035 m.), au Pakistan, et devient, à 23 ans, le plus jeune alpiniste à avoir réussi l’ascension sans oxygène d’un pic de 8 000 mètres.

En 1978, il devient le précurseur des enchaînements en réalisant, en solitaire et en 11 heures, la Voie Major, la descente par la Sentinelle Rouge et l’ascension de la Brenva, trois voies mythiques du versant italien du Mont blanc.

De 1979 à 1987, il accomplit de nombreuses ascensions difficiles à travers le monde, toujours sans oxygène.

Marc se distingue des autres guides par la solidarité qui fait partie de sa façon de vivre la montagne : il participe à de multiples missions humanitaires au Népal ou en Ethiopie.

En 1988, il décide de consacrer l’année à des expéditions spectaculaires sans oxygéne au Népal dans l’Himalaya :

* Première ascension en solitaire du pilier ouest du Makalu (8 484 m.) en 18 heures, le 27 avril.
* Ascension du Cho Oyu (8 200 m.) en 19 heures, en autonomie complète, le 31 août.
* Ascension de l’Everest (8 848 m.) sans oxygène, en 22h30, le 26 septembre.

Ces derniers exploits lui voudront divers surnoms comme « Batard, l’Everest-express ». Marc relate l’aventure de ces deux dernières ascensions dans un livre qu’il a écrit et publié en 1989 chez Denoël : Le Sprinter de l’Everest.

En 1990, le 5 octobre, il réitère son exploit en réussissant à nouveau l’ascension de l’Everest sans oxygène.

En 1992, pour sa première ascension hivernale en solitaire, il choisit d’ouvrir une voie nouvelle dans la face nord des Grandes Jorasses. L’expédition durera 10 jours.

Il réalise, en 19 jours, la première ascension en solitaire d’une voie nouvelle, dans la face ouest des Drus, baptisée Lionel André (en mémoire d’un ami disparu dans une avalanche en 1989).

En 1994, Il décide d’affronter à nouveau l’hiver pour une ascension de 10 jours en solitaire, qui aboutira à l’ouverture d’une voie nouvelle (baptisée soutien aux SDF) dans la face ouest des Drus.

En 1995, Marc crée, avec le soutien du célèbre trompettiste Maurice André, l’association « En Passant par la Montagne » dont l’objectif est d’aider, grâce au terrain d’expérience de la montagne, l’insertion des jeunes en difficulté.

En 1996, Marc publie, avec la collaboration de Françoise Skotnicka, L’envers des Cimes, chez Denoël, accompagné une chaleureuse préface de Sir Edmund Hillary.

En 2000-2001, Marc revient à la peinture.

En 2002, Marc expose, pour la première fois, ses peintures à Paris.

En 2003, Marc publie La sortie des cimes.

En 2006, Marc crée l’association « 1001 Sagarmatha»

www.marcbatard.com

Livres en Marches © 2017 Association Inform'action, Les Marches, Savoie | Flux RSS des informations de ce site web

Crédits et mentions légales | Contacts
Aide au référencement, promotion du site :Outils webmasters
Salon Livres en Marches - Association Inform'action - Chemin du Lac Clair - 73800 Les Marches