La Fée verte n’a pas fini de nous étonner.
Adorée puis bannie, elle revient en force après un long silence. De par le monde, la magie du mythe explose en une symphonie de verts. Les bouteilles aux formes variées exhibent leurs flancs aux devantures des boutiques qui se veulent  » tendance « . Des saveurs variées, des plus proches aux plus éloignées, un rituel qui quelquefois se cherche, l’absinthe du troisième millénaire assoit son succès sur son seul nom : un nom qui évoque immanquablement la Belle Époque avec ses cafés enfumés où les artistes refaisaient le monde.
L’absinthe d’aujourd’hui s’enracine dans la riche histoire de son passé.

L’auteur

Marie-Claude Delahaye est maître de conférence en biologie cellulaire à l’Université Pierre et Marie Curie à Paris. Elle est tombée sur sa première cuillère à absinthe en 1981 et a été immédiatement transfigurée par la «Fée Verte». Ayant passé des journées entières dans les librairies à mener des recherches, elle est devenue une historienne de l’absinthe au travers de la publication de son premier livre en 1983 – «L’Absinthe – Histoire de la Fée Verte». D’autres ouvrages ont suivi, lesquels ont su révéler l’importante signification de l’absinthe dans la société du XIXème siècle et plus essentiellement son influence sur l’art. En même temps, Marie-Claude a passé beaucoup de temps à chiner chez les antiquaires et sur les marchés dans le but d’établir une impressionnante collection de souvenirs, de gravures à l’eau forte, de dessins et de peintures…

Après avoir organisé de nombreuses expositions, Marie-Claude a finalement créé le Musée de l’Absinthe en 1994. L’établissement est situé à Auvers-sur-Oise, village célèbre où sont enterrés Vincent Van Gogh et son frère Theo. L’absinthe était la muse des peintres et des poètes au cours du XIXème siècle et son esprit authentique se trouve ravivé au Musée de l’Absinthe.