Définition de « écologie profonde », extrait du dictionnaire énervé de l’écologie, par Yves Paccalet

Définition de « écologie profonde », extrait du dictionnaire énervé de l’écologie, par Yves Paccalet

Ecologie profonde
En anglais, deep ecology. École de pensée dont le père fondateur est le philosophe norvégien Arne Næss (1912-2009). Selon ce dernier, l’humanité doit être considérée, non pas comme une espèce à part ou supérieure aux autres, mais comme une partie de la biosphère.
L’écologie « classique » pose comme finalité de la morale et de l’action la satisfaction des besoins humains, et attribue au reste du vivant le statut de simple ressource : tels sont l’anthropocentrisme et l’humanisme. L’écologie profonde inscrit, au contraire, le destin de l’Homo sapiens dans une vision totalisante de la vie : c’est un biocentrisme. À ses yeux, le fond du problème n’est pas l’homme en tant que tel, mais l’homme et l’ensemble des espèces avec lesquelles il coévolue depuis son apparition.
Arne Næss formule pour la première fois ce concept dans un article qui paraît en 1973, et qui est intitulé « Le mouvement écologique superficiel et le mouvement profond ». Il y affirme notamment : « Le droit de toute forme de vie à exister est universel et ne saurait être quantifié. Aucune espèce ne détient plus qu’une autre un droit spécial à exister. » Les idées d’Arne Næss choquent les penseurs humanistes, religieux, bien-pensants, communistes, progressistes, béni oui oui ou politiquement corrects. Mais ses propos constituent une revigorante incitation à la réflexion.
Cependant, au contraire de ce que font semblant de croire Luc Ferry dans son essai Le Nouvel ordre écologique, ou Jean-Christophe Ruffin dans son roman Le Parfum d’Adam (mais tout est permis dans un roman !), les tenants de l’écologie profonde ne sont pas nombreux ! Loin de la secte en quête de pouvoir… La deep ecology, combien de divisions ? Zéro… Ce n’est pas demain la veille qu’on verra un « fascisme vert » éliminer des humains pour faire de la place aux requins, aux loups ou aux éléphants.
Il arrive que, dans ses moments de fantasme sadique (qui ne connaît pas ce genre de délire ?), et au désespoir de voir l’Homo sapiens se conduire si bêtement et si méchamment, l’auteur de ce Dictionnaire envisage pareilles extrémités. Petit plaisir innocent de l’imagination ! Mais qui permet de poser, sous forme d’interrogation provocante, le grave problème philosophique des limites de l’humanisme. Celui-ci nous commande de privilégier l’humain en tout temps et en tout lieu. Nous en sommes d’accord. Mais supposons qu’en 1933, par une magie d’histoire-fiction, nous ayons devant nous, d’une part le couple Hitler-Eva Braun, et d’autre part le dernier couple de tigres.
Nous ne pouvons en sauver qu’un seul. Lequel choisissons-nous ?

sur le site de Yves Paccalet…

By |2010-10-04T22:58:52+00:00septembre 19th, 2010|Yves Paccalet|Commentaires fermés sur Définition de « écologie profonde », extrait du dictionnaire énervé de l’écologie, par Yves Paccalet

About the Author: