Les invités d'honneur
  2017 Pierre Rabhi
            Cyril Dion
  2016 Jean-Louis Etienne
            Marlène Jobert
            Alexandre Jardin
  2015 Allain Bougrain-Dubourg
  2014 Isabelle Autissier
  2013 Catherine Destivelle
  2012 Alain Baraton
  2011 Guy Martin
  2010 Jean-Marie Pelt
  2009 Jean-Pierre Deshaires
  2008 Marc Batard
  2007 Yves Paccalet
  2006 Alain Bar
  2005
  2004
  2003
  2002

26 Juin2011

Marseille mer, recueil de nouvelles de Jean-Claude Garrigues

Jean-Claude Garrigues est né à Marseille, en 1959. Diplômé de l’Institut Pratique de Journalisme (Paris), il débute sa carrière à Marseille au journal Le Provençal, avant de rejoindre la rédaction du Dauphiné Libéré, où il occupe, aujourd’hui, les fonctions de secrétaire général de la rédaction.

Marseille mer est un recueil de dix nouvelles, regroupées en deux parties : Racines et Partir.
Racines, c’est l’attachement que l’on peut avoir pour Marseille, que l’on soit né dans cette ville où qu’on l’ait découverte, plus tard, au cours de sa vie. Partir, c’est la nécessite qu’il y a parfois de s’en éloigner pour continuer à l’aimer.
Les nouvelles portent toutes, ou presque, en titre, le nom d’un quartier ou d’une rue, qui va être le théâtre et même l’un des personnages de la nouvelle. Un personnage secondaire. Dans ce quartier ou cette rue, l’écriture déambule  aux même pas que les personnages et l’histoire : Le Panier, Callelongue, la Joliette, la rue des Tyrans, la rue Paradis, le Château d’If, la Corniche, Saint-Antoine…
Les thèmes abordés sont : la mémoire, l’enfance, le destin d’une femme de marin dans la première moitié du 20e siècle, l’amour, l’exil, et la violence que l’on peut croire, parfois, consubstantielle, inséparable de cette ville.
A Marseille, toutes les rues mènent à la mer. A dire vrai, elles y mènent plus ou moins directement mais, qu’on les parcoure dans un sens ou dans un autre, qu’on les « monte » ou qu’on les « descende », comme l’on dit volontiers ici et cela même si leur dénivelé est voisin de zéro, on finira toujours par éprouver sa présence, là, ou un peu plus loin, là-bas.
Ici aussi, parmi mille autres paradoxes, il arrive parfois que l’on baptise une impasse boulevard et un boulevard rue mais qu’importe : chaque maison peut être une ville, chaque quartier une île et chaque bateau, lorsqu’on y parvient enfin, fait un port à lui seul…

La couverture de l’ouvrage, publié aux éditions du Petit Véhicule, est illustrée par une aquarelle du peintre marseillais Edmond Astruc (1878-1977).

 L’exilé a perdu la trace. Il chemine sur une crête étroite entre présence et absence, silence et parole, là et ailleurs. […] L’exilé a perdu la trace. Le temps passe et, obstinément, il continue à parler de ce qui n’est plus à celui qui n’est pas là. Qui l’entendra ?

Livres en Marches © 2017 Association Inform'action, Les Marches, Savoie | Flux RSS des informations de ce site web | Facebook

Crédits et mentions légales | Contacts
Aide au référencement, promotion du site :Outils webmasters
Salon Livres en Marches - Association Inform'action - Chemin du Lac Clair - 73800 Les Marches