De Grenoble à la Bérarde en mobylette.
Des rappels tirés sur la façade du Lycée Champollion.
Avec l’exaltation pure qui tape aux tempes, quand on bivouaque suspendu sous le ciel criblé d’étoiles, où qu’à seize ans à peine on se lance dans des grandes voies. La Dibona, le pilier Frendo, le Coup de Sabre, la Pierre Alain à la Meije, la Rébuffat au Pavé : le Massif des Écrins tout entier offert comme une terre d’aventure, un royaume, un champ de bataille parfois.
Car la montagne réclame aussi son dû et la mort rôde dans les couloirs glacés.

Récit initiatique d’un gamin qui se rêvait guide et qui devient dessinateur, Ailefroide est tout à la fois une célébration de l’alpinisme, une déclaration d’amour à la haute montagne et une leçon de vie.

Editions Casterman, 2018
296 pages, 28€

Jean-Marc Rochette originaire de Grenoble se destinait au métier de guide de haute montagne. En 1976 suite à un grave accident dû à une chute de pierre, il délaisse l’alpinisme et commence une carrière d’auteur de bande dessinée. Il succède au dessinateur Alexis pour la série Le Transperceneige. Au milieu des années 90 il commence à s’intéresser à la littérature jeunesse sur des textes de Jean-Luc Cornette, et à l’illustration des grands classiques, Le Petit Poucet, Le Chat Botté, Pinocchio. Il se remet à la science-fiction à la fin des années 1990 en reprenant Le Transperceneige et en créant Le Tribut avec Benjamin Legrand, avec qui il avait déjà réalisé Requiem blanc en 1987. En 2003, avec René Pétillon, il donne naissance à la série burlesque « Louis et Dico », et en 2005 avec Martin Veyron à la parodie historique Cour Royale. En 2015 avec Terminus, il relance le Transperceneige en collaboration avec Olivier Bocquet.

En parallèle, il poursuit un travail de peintre et d’illustrateur sur le Candide de Voltaire en 2002 et sur L’Odyssée d’Homère en 2006.

Après sept années passées à Berlin de 2009 à 2016, où il se consacre presque exclusivement à la peinture, plusieurs expositions en France et en Allemagne, il revient en France, pour s’installer dans les Alpes.

Son œuvre passe alternativement de la peinture à la sculpture, et de l’illustration à la bande dessinée, tous ces genres se renforçant les uns les autres.

> Jean-Marc Rochette sera présent à la conférence « Montagne, il n’y a pas d’exploit sans récit », le samedi 24 novembre à 15h45

> Exposition des peintures de Jean-Marc Rochette pendant le festival, rendez-vous Salle Montgrabelle