Jeu-Concours 2008

Jeu-concours : « Une énigme dans votre ville », proposé par polar.sncf.com

Fresques prophétiques
Rendez-vous les 29 et 30 novembre 2008 avec Gilda Piersanti au salon « Livres en Marches » pour découvrir la solution.

Depuis le XIXe siècle, le trompe-l’oeil a largement investi les façades et monuments de Chambéry. D’abord, parce que la Savoie est traditionnellement un pays de décors peints (et non taillés : la bonne pierre étant trop rare), mais aussi parce que ces fresques constituaient un bon remède aux dommages causés par la Révolution. Une étrange affaire préoccupe le commissaire Jules Cartelli : depuis quelques jours, un personnage s’adonne à la création de trompe-l’oeil dans les rues de Chambéry. Ce mystérieux peintre annonce par des fresques menaçantes la destruction des bâtiments historiques de la ville. Les peintures pirates visent trois sites de la ville : la maison de Jean-Jacques Rousseau aux Charmettes, la Rotonde SNCF et la fontaine des Eléphants. La première fresque représente le musée des Charmettes, maison du philosophe Jean-Jacques Rousseau, ruiné par un incendie. Cette sinistre peinture témoigne, une fois encore, de la polémique suscitée par la réalisation d’un hôtel de luxe très contemporain dans ce lieu artistiquement classé. L’essai d’un professeur en architecture réputé pour son élégance et sa détermination retient l’attention de Cartelli. En effet, l’écrit condamne sévèrement le projet de réhabilitation des Charmettes et présente les responsables comme des « saccageurs d’art obsédés par la rentabilité économique », « aveuglés par les désirs d’une société de consommation en quête de futilité ». Ce professeur virulent est le gendre du peintre savoyard Fernand Combaz dont les oeuvres sont une fierté pour la région depuis le milieu des années 30. Combaz, qu’on dit un peu « illuminé » et particulièrement réfractaire à toutes les formes de modernité. Le deuxième « tableau » a été découvert au fond d’une impasse de la rue de Boigne tout près de la célèbre Fontaine des Eléphants. Le peintre a figuré la croix de Savoie entourée de défenses d’éléphants brisées. Cette allégorie a provoqué l’exaspération des supporters des clubs sportifs chambériens, dont le symbole est l’éléphant. Au cours de ses investigations, Cartelli ressort le dossier de Gilles Marchal, supporter chambérien bien connu pour son allure colossale et ses manifestations souvent violentes. Des témoins l’auraient croisé aux abords de la fontaine, hurlant à qui voulait l’entendre des élucubrations sur le maléfisme de cette ville et de ses symboles… Le dernier trompe-l’oeil a été réalisé sur un train en gare de dépôt. La fresque représente le bâtiment de la Rotonde du dépôt SNCF soufflé par une explosion. Pour Cartelli, la présence de la jeune Zoé sur les lieux au petit matin en fait une suspecte. Journaliste débutante pour le quotidien régional le plus populaire de Chambéry, elle est, paraît-il, prête à tout pour dégoter le « scoop » de l’année. Étrangement, Zoé était présente lors de chaque découverte des trompe-l’oeil pirates, alors même que l’information n’était pas encore connue des plus brillants journalistes de Chambéry. Autre information intéressante, la soeur aînée de Zoé, Léonie, est restauratrice d’oeuvres d’art. Experte des fresques en trompe-l’oeil du dix-septième siècle en Italie, elle est réputée aux quatre coins de l’Europe. Grande passionnée de feux d’artifices et malgré les risques que comporte ce loisir dangereux, Léonie aime étonner ses amis avec des spectacles pyrotechniques improvisés dans son jardin. Lors de son enquête, Cartelli remarque la récente brûlure au poignet de la jeune femme, blessure qui l’empêche d’exercer son métier depuis une bonne semaine. Le témoignage d’une dame âgée fait avancer l’enquête. Elle affirme avoir aperçu aux abords de la rue de Boigne, une fine silhouette fuyant à vélo en laissant échapper des pinceaux de sa mallette en cuir. Malgré une analyse minutieuse, les pinceaux retrouvés – d’une qualité très médiocre – n’ont délivré aucune empreinte exploitable.
Alors que Cartelli relit les éléments du dossier, l’officier Planton entre brusquement dans la pièce.
« Le peintre a été interpellé. On l’a retrouvé à la maison des Charmettes, s’apprêtant à incendier le bâtiment. Tout le monde est sur place. On vous attend ». « Ne me dites rien, je pense savoir qui est le coupable » réplique Cartelli. Cartelli semble bien avoir découvert l’identité du peintre qui sème la pagaille dans les rues de Chambéry.

Et vous ?
Avez-vous, vous aussi trouvé la solution ?

  • Gilles Marchal, supporter ?
  • Zoé, journaliste ?
  • Le professeur d’université ?
  • Fernand Combaz, peintre ?
  • Léonie, restauratrice d’oeuvres d’art ?

Téléchargez le bulletin de participation

Déposez vos bulletins en gares SNCF de Chambéry, Grenoble et Annecy du 3 au 28 novembre et sur le stand de la SNCF au salon « Livres en Marches » le 29 novembre jusqu’à 16 h 00.
Des voyages à Paris pour assister à la remise du Prix SNCF du polar et de nombreux livres sont à gagner…
Encore un doute ?
Retrouvez 4 indices sur polar.sncf.com et les 6, 13, 20 et 27 novembre dans l’hebdomadaire La Vie nouvelle.
Rendez-vous avec Gilda Piersanti le samedi 29 novembre à 16 h 00 sur le Stand SNCF de « Livres en Marches » pour découvrir la solution de l’énigme

Livres en Marches © 2017 Association Inform'action, Les Marches, Savoie | Flux RSS des informations de ce site web | Facebook

Crédits et mentions légales | Contacts
Aide au référencement, promotion du site :Outils webmasters
Salon Livres en Marches - Association Inform'action - Chemin du Lac Clair - 73800 Les Marches