Les invités d'honneur
  2017 Pierre Rabhi
            Cyril Dion
  2016 Jean-Louis Etienne
            Marlène Jobert
            Alexandre Jardin
  2015 Allain Bougrain-Dubourg
  2014 Isabelle Autissier
  2013 Catherine Destivelle
  2012 Alain Baraton
  2011 Guy Martin
  2010 Jean-Marie Pelt
  2009 Jean-Pierre Deshaires
  2008 Marc Batard
  2007 Yves Paccalet
  2006 Alain Bar
  2005
  2004
  2003
  2002

Articles publiés sur Isabelle Autissier

26 Oct2014

Passer par le Nord, La nouvelle route maritime, par Erik Orsenna & Isabelle Autissier

Une texte qui nous rappelle que notre avenir se joue aussi au pôle Nord…

Le plus court chemin navigable entre l’Europe et l’Asie est depuis peu la « route maritime du Nord », qui permet de relier l’Atlantique au Pacifique en longeant les côtes de la Sibérie. Un passage donc forcément très exploité, même trop exploité… Après leur voyage dans le grand Sud, en Antarctique, en 2006, la navigatrice et ingénieur Isabelle Autissier et l’écrivain voyageur économiste Erik Orsenna se sont penchés sur cette région du monde où richesses naturelles, routes commerciales et gigantesques ports en construction attisent les convoitises, tandis que la banquise est la première victime du réchauffement climatique. Partis à trois reprises dans ces froides contrées, que ce soit en Alaska, en Norvège, en Russie, sur le port de Mourmansk, ils ont essayé de mieux comprendre, sur place, les enjeux géopolitiques, économiques et écologiques de cette région. Ils y ont ainsi croisé habitants et travailleurs locaux. Ils reviennent avec un texte riche et documenté qui nous rappelle que notre avenir se joue aussi au pôle Nord…

Passer_par_le_Nord

Membre de l’Académie française, Erik Orsenna a enseigné la finance internationale et l’économie du développement à l’Université de Paris I et à l’École normale supérieure. Il a notamment publié Salut au Grand Sud, avec Isabelle Autissier (Stock, 2006), Voyage au pays du coton. Petit précis de mondialisation (Fayard, 2006), Sur la route du papier (Stock, 2012).

Première femme à avoir bouclé un tour du monde en solitaire, Isabelle Autissier a sillonné les mers du monde et passé des milliers d’heures à scruter les flots, les icebergs et les constellations de tous les cieux. Ingénieur de formation, elle a publié plusieurs ouvrages dont Kerguelen, Salut au grand Sud avec Erik Orsenna, Seule la mer s’en souviendra, et L’Amant de Patagonie. Depuis 2009, elle est présidente de la branche française de WWF.

Parution le 14 novembre 2014, dans la collection « Terra Nova » aux éditions Paulsen

 

 

26 Sep2014

Isabelle Autissier, invitée d’honneur Livres en Marches 2014

Isabelle Autissier, qui êtes-vous ?

Je suis navigatrice, écrivain, conteuse, présidente du WWF France… Bref « éclectique » !

Qu’allez-vous présenter à Livres en Marches 2014 ?

Je vais présenter une conférence sur l’océan, pour faire venir un peu la mer à la montagne. La France est un pays maritime, on a un peu tendance à l’oublier. C’est même la 2ème puissance maritime mondiale, juste derrière les Etats-Unis. Il est donc important que les gens soient un peu au courant de ces questions, et de leur évolution.

Isabelle Autissier à la barre

Quel est votre lieu favori en Savoie ?

Je ne suis pas du tout familière de la Savoie, c’est pourquoi j’aurai beaucoup de mal à répondre à votre question. Malheureusement, je ne suis venue que pour des conférences, en arrivant directement sur les lieux, et retour par le train très tôt le lendemain matin…

Qu’est-ce qui va vous motiver en 2015 et au-delà ?

Bonheur et curiosité sont les deux mots clefs. Toujours la mer, avec une expédition programmée pour l’été 2015, puis écrire, avec un projet sur les passages du nord-est et un roman. Mais surtout, pour 2015, la grande échéance est celle de la Conférence Paris Climat 2015. C’est un événement d’envergure sur lequel le WWF a un rôle à jouer.

En effet, la France présidera la Conférence des Parties de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques de 2015, du 30 novembre au 11 décembre (COP21/CMP11). C’est une échéance cruciale, puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C.

Quelle est la chose la plus extraordinaire, enthousiasmante ou passionnante que vous avez vécu ou vu récemment et que vous pouvez partager avec nous ?

Là, franchement, désolé. Je ne vois pas. Si je pense à quelque chose je vous le présenterai à Livres en Marches…

 

Isabelle Autissier, merci !

14 Sep2014

DOD selon Isabelle Autissier

DOD selon Isabelle Autissier | navigatrice
Présentation publiée sur Dodtour.com

“ La quête du bonheur n’est pas un hédonisme ”. Voilà, c’est dit sans affect, sans hausser le ton, comme une évidence. L’interlocuteur est prévenu. S’il devait se réincarner, Dod serait chevalier de la Table Ronde, courant le monde, la gratuité du geste au cœur. Il a choisi la montagne car il n’a pas dû trouver mieux en terme d’engagement personnel. Aucun parcours de vie ne lui a paru aussi élégant que de se hisser en permanence, de se glisser là où les pierres côtoient le ciel.

 

Reprenons :
Lionel Daudet, dit Dod; 40 ans, natif de Saumur qui n’est pas connu pour être le creuset de l’alpinisme.

Taille moyenne, sec, brun aux yeux marrons, barbu après trois semaines de mer.

Signe particulier : ne possède plus qu’un doigt de pied et demi. Mais à le voir danser sur ses crampons, on en vient à penser que les orteils ne sont que des appendices d’ornement. Il a laissé les autres, au creux d’une souffrance immense, intense, au cours d’un solo hivernal dans la face nord du Cervin, ou peut-être ne les a-t-il qu’échangés contre une certitude, celle qui mène sa vie, celle qui lui souffle de s’accrocher encore et toujours à la beauté du geste. Je sais qu’il y a appris dans son corps la prééminence de la nature. Il a aussi appris à lâcher prise et à bien le vivre. Il peut, maintenant, ne pas aller trop loin. L’orgueil de s’accomplir là où les autres ne vont pas sait céder devant l’acceptation, la sérénité du renoncement. Dans un sens cela me rassure. Je ne me vois pas aller le chercher dans l’une de ces parois verticales qu’il affectionne.

But dans la vie : Ecrire une belle histoire, se donner à un paysage, à une bande de potes, s’abandonner aux instants que je devine sublime où rien n’existe d’autre que quelques millimètres d’une prise, que le crissement du piolet, que la force infinie de la montagne.

Caractéristique sonore : rire effrayant, sorte de hennissement qui éclate à n’importe quel moment et fait tourner les têtes dans les restaurants pourtant bruyants d’Ushuaia. Le rire de Dod s’apparente à celui du Mozart de Losey. Il est total comme son propriétaire.

Goûts littéraires : revues de motards et de VTT, opus de poèmes, essais philosophiques… Diversité quand tu nous tiens…

Activité subsidiaire : l’écriture. A l’occasion du repos forcé occasionné par ses pieds raccourcis, Dod a commencé à écrire. Cela devait arriver, car à trop côtoyer la force et la beauté, il vous vient une furieuse envie de crier que c’est cela l’important. Au delà de la description technique, parfois absconse, de l’escalade, Dod, a mille mots pour enchanter la pierre, pour décrire sa vie en vertical, pour expliquer comment son corps et son esprit se font paroi, se font vent, se font roc, jusqu’à s’oublier et se laisser happer par la lumière du haut. Chacune de ses phrases appelle pour moi sa similitude marine, me renvoie à ces instants où l’on respire à l’unisson des vagues, où l’on se fait nuage, houle et voile pour mieux entrer en harmonie.

Aptitude à la navigation : Dod est curieux, rustique et longanime. C’est une bonne base. Il saura apprécier la force de la mer et s’y donner sans marchander.

  • Tolérance à l’ennui : nulle.
  • Tolérance au compromis : faible.
  • Confiance en lui : totale.
  • Détermination : infinie.

Reste une question :
à quoi cela lui sert-il d’escalader des montagnes juste pour le plaisir, et jusqu’à quand cela va-t-il durer ?

Réponse de l’intéressé :
“ Aujourd’hui, je peux arrêter, continuer pendant vingt ans, faire autre chose, peu importe. Je me sens plein de sérénité, d’un fatalisme joyeux pour la vie, quoiqu’il arrive, même si je devais mourir demain. ”

Extrait de « Versant Océan » (ed Grasset)

Livres en Marches © 2017 Association Inform'action, Les Marches, Savoie | Flux RSS des informations de ce site web | Facebook

Crédits et mentions légales | Contacts
Aide au référencement, promotion du site :Outils webmasters
Salon Livres en Marches - Association Inform'action - Chemin du Lac Clair - 73800 Les Marches